Photographie en studio d'une chemise Jacquemus présentée en ghost.

Lumiprod, chemisier asymétrique photographié sur mannequin invisible “ghost”. Reconstitution à la retouche des parties manquantes du vêtement.

Packshot de vêtement en ghost

La technique consiste tout d’abord à photographier un vêtement porté sur un mannequin de vitrine parfaitement droit. Ensuite, il s’agit de retoucher l’image pour en faire disparaître le mannequin. Aussi appelée mannequin fantôme / ghost ou encore vide habité, cette solution est préconisée pour donner du volume aux pièces de prêt à porter pas toujours adaptées à une mise à plat.

Il permet de conserver le tombé naturel du vêtement sans subir les contraintes d’un casting et de la question des droits à l’image relative aux vêtements portés sur mannequin vivant. C’est pourquoi le ghost est aujourd’hui très en vogue sur les sites de e-commerce.

Offrant une belle alternative aux prises de vue de vêtements à plat, il commence aussi à s’imposer pour la réalisation de catalogues papier ou de visuels à destination de la presse.

 

Soutien-gorge photographié en semi-ghost

Soutien-gorge photographié en semi-ghost

Packshot de lingerie en semi-ghost

Exigeant, le ghost nécessite une parfaite maîtrise technique et un travail de retouches important en post-production. Une fois le mannequin  de vitrine (ou buste de couture de type Stockman) extrait, il faut procéder à la reconstitution par photo-montage des parties manquantes de l’image.

Pour les pièces de lingerie ou les maillots de bain, il est possible d’alléger ce travail de post-production en faisant disparaître uniquement le mannequin sans avoir à effectuer de photo-montage. On parle alors de semi-ghost.